Fédération des Associations Franco-Allemandes pour l’Europe
Au service des associations franco-allemandes, faire lien et être plus fort ensemble

Bonnes lectures

Journal d’un prisonnier de guerre à Berlin en 40-45

10.4.2016 Bonnes lectures 0 Commentaire
Capture d’écran 2016-04-10 à 15.45.54

Un pion dans la tourmente 

Jean René a écrit son journal de 1939 à 1945 : Prisonnier en juin 1940, il séjourne à Berlin au stalag 3D jusqu’en mai 1945, après avoir changé treize fois de camp.

Jean René parmi ses co-détenus au Stalag 3D

Jean René parmi ses co-détenus au Stalag 3D

Il nous narre la mobilisation farfelue, la débâcle à vélo, la capture par les Allemands, le transfert à Berlin, le régime minceur, heureusement interrompu par les colis venus de France. Après avoir fait du transport de sacs de ciment, il parvient à travailler comme menuisier, près du poêle, alors que la température frise les -25°.  Son adresse lui permet de réaliser des coffrets et des bagues avec des pièces de monnaie qu’il échange contre de la nourriture.

Travaux JRV 9 b - copie

Des coffrets et des bagues

Les bombardements qui détruisent Berlin n’épargnent pas les camps, provocant de nombreux morts parmi ses copains. Son dernier carnet décrit la libération par les Russes.

Jean René est né à Bazas (Gironde), en 1905. Fils de cultivateur, il quitte l’école à neuf ans en 1914. Charpentier, il fait son régiment dans les Spahis, en Syrie et au Liban. A son retour, il devient restaurateur, d’où son affectation lors de sa mobilisation en 1939. Il est décédé en 1983.

Travaux JRV 5 b jpg

Exemples des travaux d’ébénisterie de restauration de Jean René

Son fils Hervé, après avoir découvert son journal constitué de 1939 à 1945 (sept carnets rédigés sans prétentions littéraires), en a fait éditer de larges extraits chez Edilivre

Une traduction en Allemand est en cours, en vue d’une prochaine édition.

L’ensemble devrait intéresser professeurs, étudiants et les associations franco-allemandes soucieuses, tant en Allemagne qu’en France, d’enrichir notre travail de mémoire 


Le livre peut être commandé directement chez Edilivre en allant sur cette page du site d’Edilivre 


A propos d’Edilivre :

Capture d’écran 2016-04-10 à 12.33.41

C’est en 2007, dans un monde littéraire fermé et en pleine mutation, qu’Edilivre a l’intuition de mettre les nouvelles technologies au service de l’édition. Son objectif : permettre à tous les auteurs, du plus au moins expérimenté, d’éditer leurs manuscrits ainsi que de les diffuser simplement et gratuitement.

Aujourd’hui, Edilivre édite plus de 13 000 auteurs à travers le monde (France, Belgique, Suisse, Canada, Maroc, Tunisie, Congo…) et présente un catalogue de plus de 22 000 livres, aux formats papier et numérique. Chaque jour, l’équipe Edilivre, composée d’une trentaine de passionnés, est heureuse d’accueillir et d’accompagner de nouveaux auteurs dans sa famille afin de contribuer au développement de la littérature.

Edilivre est membre du Syndicat National de l’Edition (SNE) depuis sa création.

Edilivre est également membre du réseau national Imprim’ Vert qui s’engage à réduire les impacts environnementaux liés aux activités de l’imprimerie.

Aller sur le site d’Edilivre 


Voir aussi les sites littéraires d’Hervé sur lequel il promeut, entre autres, le Journal de son père, pages 6 et 7 du site Récits

Capture d’écran 2016-04-10 à 15.42.45

Très prolixe, Hervé a également publié de nombreux autres textes (livres de contes, récits de souvenirs, nouvelles, pièces de théâtre amateur,…) qu’il promeut sur son site.

Capture d’écran 2016-04-16 à 15.01.13

Vous y trouverez deux textes particulièrement intéressants pour entreprendre un travail de mémoire franco-allemande avec les plus jeunes : Les deux papillons” sont deux petits textes en hommage aux copains et copines d’école, morts à Auschwitz.

243963_LCL_C14 Papillons

Les deux Papillons.

  • L’arrestation. Récit, d’après des faits réels. Janvier 44. En Gironde, Jackie (11ans) raconte à son copain Guy l’arrestation ratée de toute sa famille par la gendarmerie locale, puis leur déportation le jour suivant vers les camps de la mort.
  • L’envol. Conte, à la manière de “La vie est belle” de Bénigni. A Drancy, Gaston (6 ans) rencontre une petite fille du même âge, Simone. C’est l’envol des deux papillons, permettant aux enfants de s’évader de l’horreur et de la bêtise humaine des adultes… en leur tirant la langue ! 


0 Commentaires


Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *