Fédération des Associations Franco-Allemandes pour l’Europe
Au service des associations franco-allemandes, faire lien et être plus fort ensemble

A propos...

…à propos de la coopération franco-allemande au service de l’Europe

23.4.2018 A propos... 0 Commentaire
Capture d’écran 2018-04-23 à 14.30.20

Un éditorial du Groupe de réflexion franco-allemand

Dans le cadre de ses éditoriaux, l’Institut français des relations internationales (IFRI) vient de publier le 17 avril 2018 :

“Vers un nouveau traité de l’Élysée : une coopération franco-allemande plus substantielle au service de l’Europe”

Lors de leur récente rencontre à Berlin, Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel ont pu affiner leur vision sur l’avenir de l’Union européenne et peut-être même un nouveau traité franco-allemand. Dans le cadre de sa septième réunion, le groupe de réflexion franco-allemand – sous l’égide du Cerfa (Ifri) et de la Fondation Genshagen – a élaboré une série de propositions pour une coopération franco-allemande plus substantielle au service de l’Europe.

Le contexte européen et international de 2018 diffère fondamentalement de celui qui prévalait voici 55 ans. Les deux pays ont tout intérêt à s’appuyer sur des relations franco-allemandes plus efficaces et capables de mobiliser l’ensemble des ressources disponibles pour relever les défis européens, qui ont pris une ampleur considérable dans presque tous les domaines.

Un nouveau traité n’apportera une valeur ajoutée aux relations franco-allemandes et à l’Europe que s’il va plus loin que le traité actuel. Évitons de le surcharger avec un inventaire de projets isolés et de déclarations d’intention, sachant qu’il ne saurait remplacer un programme politique convaincant. Un nouveau traité peut toutefois fonder une coopération bilatérale étroite, efficace et stratégique des deux pays en Europe, qui liera aussi les futurs gouvernements français et allemand.

Premièrement, le traité doit véhiculer un message clairement pro-européen qui conjugue les objectifs de coopération renforcée et d’intégration ainsi que de cohésion à long terme de tous les États membres de l’Union européenne (UE). Deuxièmement, il doit contenir des mesures concrètes pour renforcer les procédures et institutions bilatérales. Troisièmement, il doit avancer des pistes pour transformer la coopération bilatérale en laboratoire de l’intégration européenne.

logo-ifri

Allez voir aussi dans “Archives” d’autres articles susceptibles de vous intéresser.


 


0 Commentaires


Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *