Fédération des Associations Franco-Allemandes pour l’Europe
Au service des associations franco-allemandes, faire lien et être plus fort ensemble

Histoire franco-allemande

La mémoire du “franco-allemand”

Deux pages Wikipedia utiles pour entrer dans l’histoire du fait franco-allemand et mieux comprendre le “couple” franco-allemand :

L’Amitié Franco-Allemande résume succinctement les étapes du rapprochement franco-allemand et contient de nombreux liens utiles pour approfondir la question.

Les Relations entre l’Allemagne et la France est une sorte de fresque très complète de  l’Antiquité à nos jours. Pour tous ceux qui veulent enfin en savoir (beaucoup) plus.


La collection Histoire franco-allemande de l’Institut Historique Allemand de Paris

L’IHA a publié une série de 11 ouvrages sur l’histoire franco-allemande, pour la période allant de 800 à l’époque contemporaine (édités par les Presses universitaires du Septentrion (PUS)

Cette collection en onze volumes propose un panorama inédit de l’histoire franco-allemande – et par conséquent de l’Europe – du haut Moyen-Âge au temps présent.

Ci-dessous, trois des onze volumes parus :

Capture d’écran 2016-01-19 à 15.31.53

Publiée sous la direction de Gudrun Gersmann et de Michael Werner, elle se fixe pour objectif de dépasser la perspective traditionnelle d’une étude limitée aux rapports politiques entre les deux États.

Dans chacun des onze ouvrages, les auteurs donnent une analyse d’ensemble de tous les aspects des relations entre l’espace français et allemand à travers les siècles. Chaque tome est rédigé par un historien français ou allemand. Une collection incontournable pour tout lecteur intéressé par une réflexion sur l’histoire de l’Europe.

Attention :

A ne pas confondre avec le fameux Manuel d’histoire franco-allemand destiné aux lycéens.

Capture d’écran 2016-01-19 à 13.00.18

A la différence des ouvrages scientifiques de la série Histoire franco-allemande consacrés à l’histoire commune française et allemande, le Manuel d’Histoire franco-allemand est un ouvrage franco-allemand d’Histoire générale et dépasse donc le cadre proprement franco-allemand.

Le but de ce manuel, initialement proposé par le Parlement franco-allemand des jeunes réuni en janvier 2003, visait à créer « une vision commune franco-allemande » et non pas une histoire proprement franco-allemande comme d’aucuns le pensent trop souvent

En effet, dans chaque pays l’Histoire est vue de manière différente, à partir de points de vue et expériences historiques propres à chaque pays. Une relation commune permet de lever les incompréhensions respectives et contradictions éventuelles.

Le premier tome pour élèves des Terminales était consacré à l’Après-Guerre et avait été publié dès 2006 sous le titre Histoire/Geschichte

La manière de penser et structurer le contenu s’inspire plus de la tradition didactique française qu’allemande. En ce sens, nombre de professeurs allemands l’ont estimé moins adapté à leur pédagogie. Du côté français, suite aux changements fréquents des programmes, le manuel se retrouve quelque peu décalé par rapport aux contenus actuels.

Il reste néanmoins un outil complémentaire utile pour nombre d’enseignants, ainsi qu’un ouvrage intéressant aux yeux de nombre d’acteurs engagés dans le franco-allemand. En particulier, il mériterait un effort de promotion auprès d’un large public, au delà du cadre proprement scolaire, désireux de s’ouvrir à une nouvelle lecture de l’histoire. En ce sens il accomplirait plus pleinement la mission que ses jeunes initiateurs lui avaient assignée : décloisonner nos conceptions nationales de l’histoire et relativiser nos “romans nationaux” respectifs.

(voir l’article Wikipedia


La liste des 11 volumes de l’Histoire franco-allemande selon les dates de parution :

2011 :

  • Volume II Jean-Marie Moeglin, L’Empire et le royaume. Entre indifférence et fascination – 1214-1500
  • Volume XI Hélène Miard-Delacroix, Le défi européen - 1963 à nos jours
  • Volume X Corine Defrance, Ulrich Pfeil, Entre guerre froide et intégration européenne. Reconstruction et rapprochement – 1945-1963

2012 :

Volume VIII Nicolas Beaupré, Le traumatisme de la Grande Guerre – 1918-1933

Volume IV Guido Braun, Du Roi-Soleil aux Lumières. L’Allemagne face à l’« Europe française » - 1648-1789

2013 :

  • Volume V Claire Gantet, Bernhard Struck, Révolution, guerre, interférences – 1789-1815
  • Volume III Rainer Babel, La France et l’Allemagne à l’époque de la monarchie universelle des Habsbourg – 1500-1648

2014 :

  • Volume I Rolf Große, Du royaume franc aux origines de la France et de l’Allemagne – 800-1214 – Paru

2015 :

  • Volume VI Michael Werner – Nations en miroirs : France et Allemagne – 1815-1870
  • Volume VII Elise Julien, Mareike KönigRivalités et interdépendances – 1870-1918
  • Volume IX Johan Chapoutot, Alya Aglan, Jean-Michel Guieu, La paix impossible ? De la crise à la catastrophe – 1932-1945

Chaque volume peut être acheté séparément

A voir sur le site de l’Institut Historique Allemand de Paris


dhip_institut

L’Institut historique allemand

L’IHA est un acteur central de la recherche en histoire orientée vers l’international. Membre de la fondation Max Weber Stiftung – Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland, l’institut s’investit activement dans la médiation des sciences humaines, en particulier dans le transfert des savoirs scientifiques et sociopolitiques entre la France et l’Allemagne.

logo

Aller sur le site de l’IHA

Voir aussi sur notre site à la Rubrique culture, dans la page Autres Adresses utiles.

logo Max Weber Stiftung

L’IHA fait partie de la Max Weber Stiftung – Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland / Aller sur le site de la Max Weber Stiftung 


L’IHA héberge aussi la

Société des Amis de l’Institut Historique Allemand de Paris (la SAIHA)

Aller sur la page de la SAIHA sur le site de l’IHA

la SAIHA est membre de fa FAFA. Créée en 1994, l’association s’est fixé comme mission de soutenir l’activité de l’IHA et d’élargir le cercle de son audience.

0 Le Bulletin de la SAIHA

Elle organise des manifestations, conférences et visites et informe ses membres par son Bulletin sur ses activités et celles de l’IHA, sur de nouvelles parutions en librairie, mais aussi par des recensions et extraits de presse sur des faits d’actualité.

Elle attribue chaque année un Prix d’Histoire franco-allemande à des doctorants français ou allemands.

Clic ici pour contacter la SAIHA

De 1995 à 2008, la Société des amis a également publié les conférences annuelles de l’IHA (voir la liste des publications sur le site Internet des éditions Thorbecke)


logo

L’Éditeur : les Presses Universitaires du Septentrion

Parmi de nombreuses publications les Presses Universitaires du Septentrion proposent plusieurs ouvrages traitant de l’histoire franco-allemande.

“Les Presses Universitaires du Septentrion” est une association loi de 1901, à vocation commerciale mais pas à but lucratif, constituée par 6 universités de la Région Nord - Pas de Calais pour valoriser les résultats de la recherche par leur diffusion sous forme de livres et de publications dans des revues spécialisées :

  • Université des Sciences et Technologies de Lille – Lille 1
  • Université Lille 2 Droit et Santé
  • Université Charles-de-Gaulle – Lille 3
  • Université du Littoral – Côte d’Opale
  • Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Université Catholique de Lille

Aller sur le site des Editions du Septentrion


logo onac

Le travail de mémoire de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG)

Mémoire et solidarité

Parmi ses différentes missions, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) promeut le travail de mémoire partagée et de mémoires mêlées entre la France et l’Allemagne.

Il s’agit avant tout préserver et transmettre aux plus jeunes la mémoire et les valeurs républicaines des anciens combattants. L’idéal de paix et les valeurs qui ont  guidé leur engagement sont aujourd’hui encore au cœur de l’apprentissage civique des jeunes générations. Connaître le passé et sauvegarder l’héritage de nos aînés, c’est aussi une manière d’apprendre à être citoyen.

Pour l’ONACVG, le devoir de mémoire s’exprime à travers  trois objectifs que l’on peut résumer en trois mots : célébrer, partager et transmettre.

  • Célébrer et commémorer les grandes dates et les évènements qui ont fait notre histoire récente.
  • Partager une mémoire européenne et internationale des conflits passés pour promouvoir la Paix
  • Transmettre enfin des valeurs de civisme, de respect, de solidarité, d’engagement et de courage aux jeunes générations.

La paix par l’école

La rencontre avec les témoins de l’histoire reste au cœur des initiatives mémorielles des services départementaux de l’ONACVG. Leur disparition progressive impose cependant de repenser sans cesse les vecteurs de transmission de leur mémoire.
C’est pourquoi, l’ONACVG imagine et met en œuvre des opérations pédagogiques et culturelles empruntant tous les vecteurs possibles : expositions pédagogiques, théâtre, sport, promotion des porte-drapeau, voyages sur les Hauts lieux de mémoire, édition de dépliants, cinéma, concours scolaires

Dès le lendemain de la Grande Guerre

Maguelone Nouvel-Kirschleger (chercheuse en histoire, CRISES, Université Paul Valéry Montpellier III) travaille en partenariat avec la Mission interdépartementale mémoire et communication de l’ONACVG autour du concept de mémoire partagée et de mémoires mêlées entre la France et l’Allemagne :

“Au sortir de la Grande guerre s’ouvre une période de prise de conscience des enjeux de l’Histoire pour le maintien de la paix en Europe. Intellectuels, savants et professeurs dénoncent les stéréotypes haineux véhiculés par les manuels scolaires et les « romans nationaux » qui, à grand renfort de héros et de mythes, nourrissent un patriotisme « revanchard » susceptible de déclencher une nouvelle guerre. Très vite, des rencontres franco-allemandes sont organisées dans le but de réviser les livres scolaires et de rapprocher les nations en corrigeant notamment les récits de la Grande guerre « en train de se faire », récits très agressifs vis-à-vis de l’ancien ennemi. L’avènement du nazisme en Allemagne compromet les résultats de ces rencontres qui vont néanmoins servir de socle aux travaux de la Commission franco-allemande mise en place dès 1951. Comment dès lors Français et Allemands envisagent-ils d’harmoniser leurs récits de guerre pour proposer une éducation commune à la paix ? A l’heure où le manuel franco-allemand propose un discours commun de l’histoire contemporaine, qualifié « d’ultime signe de réconciliation », il est intéressant de revenir sur les origines de ce mouvement de paix original et audacieux qui ambitionne dès 1918 de réconcilier les peuples par l’école.”

Aller sur le site de l’ONACVG