Fédération des Associations Franco-Allemandes pour l’Europe
Au service des associations franco-allemandes, faire lien et être plus fort ensemble

Les Alle­mands et le vin

Les Alle­mands et le vin

Alors que les Fran­çais pri­vi­lé­gient le vin à ta­ble, en ac­com­pa­gne­ment gus­ta­tif des mets, les Al­le­mands le boi­vent plus sou­vent après le re­pas pour le dé­gus­ter à loi­sir. C’est seu­le­ment quand la ta­ble est des­ser­vie que com­mence la vraie Gemütlichkeit du soir. C’est l’heure pour dé­bou­cher une bonne bou­teille. Rien n’est plus dés­es­pé­rant pour un Al­le­mand in­vi­té chez les Fran­çais que de de­voir s’éter­ni­ser de­vant une ta­ble mise, puis, au mo­ment où elle est en­fin des­ser­vie, d’en voir dis­pa­raî­tre une bou­teille en­core à moi­tié pleine. C’est quand les Fran­çais ran­gent le vin que les Al­le­mand com­men­cent à le boire.

Vignoble au bord de l'Unstrut sous la Neuenburg à Freyburg / Saxe-Anhalt / photo Klaus-Peter Voigt via Investitions- und Marketinggesellschaft Sachsen-Anhalt mbH

Vignoble au bord de l’Unstrut sous la Neuenburg à Freyburg / Saxe-Anhalt / photo Klaus-Peter Voigt via Investitions- und Marketinggesellschaft Sachsen-Anhalt mbH

 

Le saviez-vous ? Avec 10 millions d’hl – 3,5 % de la production mondiale – l’Allemagne est une petite puissance viticole : la  8e production mondiale4e en Europe derrière l’Italie, la France et l’Espagne et avant le Portugal. Le Riesling allemand représente 60% du Riesling mondial.

Treize vignobles à découvrir 

Les grands terroirs allemands se confondent avec les cours d’eau qu’ils bordent, des vallées riches de leurs histoires singulières. Outre la voiture, le vélo ou la marche, la visite se fait aussi en bateau. La nature de ses vignes accrochées aux pentes des vallées explique le soin apporté à sa production : très peu de mécanisation (hormis dans le Palatinat), beaucoup de sollicitude manuelle. Même les petits vins de table profitent d’un souci amoureux superflu dans des régions climatiquement moins fraîches. Ici le Riesling est roi.

Le bon vin a vue sur l’eau” disent les Allemands. En l’occurrence, il a vue directe sur le Rhin moyen et ses grands ou petits affluents (Ahr, Moselle, Nahe, Main, Neckar) et s’étend dans les piémonts des vieux massifs qui le bordent plus au sud (Palatinat rhénan, Bergstrasse du Hesse et Pays-de-Bade). Les ceps bordent aussi l’Elbe (en Saxe), la Saale et l’Unstrut (Saxe et Thuringe) et le lac de Constance. Le plus septentrional, accroché aux berges escarpées de l’Elbe, a vue sur… le port de Hambourg (et produit quand même, bon an mal an, de 50 à 200 bouteilles du fameux “Hanse Primeur“, qu’on se le dise !).

Les châteaux et forteresses se succèdent tout au long des méandres romantiques. Des villes majestueuses, des centres moyenâgeux, des abbayes et de coquets villages de vignerons, alternent avec les terrasses, leurs murets séculaires et les cabanons pittoresques dans les vignes.

L’Allemagne affiche fièrement ses 11 Routes du Vin et d’innombrables circuits pédestres ou cyclistes. La plus vieille, celle du Palatinat date de 1936, aux débuts du tourisme automobile et prolonge celle d’Alsace, la première des 17 Routes du Vin de France (1953).


Les 11 routes du vin : Ahr-Rotweinstrasse, Badische Weinstrasse, Fränkische Bocksbeutelstrasse, Moselland-Weinstrassen, Nahe-Weinstrasse, Pfälzer Weinstrasse, Rheingauer RieslingRoute, Sächsische Weinstrasse, Weinstrasse Kraichgau-Stromberg, Württemberger Weinstrasse, Weinstrasse Saale-Unstrut.

Les routes du vin allemandes sur le net 

Les routes touristiques allemandes sur le site de l’Office du Tourisme allemand